Les Baka et la médecine traditionnelle

Des guérisseurs réputés dans toute la région de l’Est : Les Baka sont connus par tous les Camerounais pour être les meilleurs guérisseurs du pays. Même les Bantous viennent les consulter, pour demander des plantes ou des soins. Les Baka, respectant leurs traditions, utilisent les ressources mises à leur disposition par la nature pour se soigner. Ils fabriquent eux-mêmes leurs remèdes, d’une part parce qu’ils sont attachés à un mode de vie hérité de leurs ancêtres et d’autre part car sans argent et sans papiers administratifs, ils n’ont pas accès aux soins dispensés par la médecine moderne, où ils sont de toute façon mal reçus. Le groupe Ngombi est lui-même fréquemment en contact avec des guérisseurs Baka car nombres d’entre eux sont nos amis, parfois nous faisons appel dans le cadre de certaines maladies.

Les plantes sont l’élément principal des soins dispensés par les Pygmées Baka, ils l’utilisent sous forme d’écorces, de racines, de feuilles, et d’épines pour faire des décoctions, des tisanes, de la poudre pour scarification, des injections par voie nasale pour leurs différents soins. Le gibier est également un élément très utilisé par la médecine pygmée. Il n’est pas rare de trouver un pendentif d’ossements de gorille tenu par une lamelle de peau d’animal autour du cou d’un enfant, le but étant de permettre à l’enfant en question d’avoir des os durs comme celui de l’animal. Ils utilisent aussi les poils de certains animaux pour cicatriser les brûlures.

Les Baka se sont installés dans le Sud-Est Cameroun pour sa richesse en espèces animales et végétales, propice à la fabrication de leurs remèdes. Or, depuis quelques années, de grandes plantations ont été mises en place sur ces terres, et la construction d’un l’oléoduc a également mis en péril l’équilibre du milieu naturel. De nombreuses espèces végétales disparaissent et les animaux se raréfient ou s’éloignent de plus en plus des campements.

Aujourd'hui, il ne s’agit pas uniquement de traitements et de soins ici, c’est tout un mode de vie qui est en danger. Il est urgent de mettre en place, ou d’appliquer ce qui existe déjà comme mesures, pour éviter que se perde cette richesse mais également que les Pygmées pâtissent des changements de l’écosystème.

A ce problème écologique s’ajoute celui de la transmission du savoir. En effet, de la même manière que les plantes disparaissent, c’est également le cas pour les guérisseurs. Le pouvoir de guérison est traditionnellement transmis par le père à celui de ses fils qu’il juge le plus sage pour en hériter. Or les parents trouvent de moins en moins leurs fils capables d’assumer une telle responsabilité, ceux-ci ne maîtrisent plus bien la forêt, ni les connaissances et les secrets qui lui sont liés et qui donc disparaissent à grande vitesse. En effet, à mesure que la forêt diminue, les rites d’initiation, à travers lesquels étaient transmis le savoir-faire et les connaissances des Baka, disparaissent avec elle.

Il serait intéressant de mettre en œuvre un projet de revalorisation de cet art des guérisseurs Pygmées Baka, qui prend en compte tous les aspects de l’être humain tout en respectant la nature et qui occupe une grande place dans la culture et le savoir-faire Baka.

Les Baka et la médecine traditionnelle

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site