PROTECTION DE LA BIODIVERSITE.

PROTECTION DE LA BIODIVERSITE AU CAMEROUN.

Ce texte porte sur un rapport de proposition d'appui à la protection de la biodiversité dans les forêts en cours d'aménagement au Cameroun. Il a pour objectif de réaliser des études- actions sur les aspects écologiques et socio- économiques, d'assurer la sensibilisation et la formation en matière de gestion durable et d'exploitation à faible impact, d'appuyer l'entreprise partenaire dans sa préparation à l'audit de certification. Il fait part du concept d'étude- action qui est proposé comme élément central de la méthodologie d'intervention du projet en vue de réaliser en trois ans, les études dans les différents domaines identifiés. Il consiste à allier en même temps les travaux d'études du milieu (bilan des acquis, enquêtes, diagnostics, analyses, recherches, compilations, concertations synthèses et recommandations) et les travaux de mise en œuvre des recommandations à une échelle plus ou moins large ou restreintes selon le cas afin de tester leur pertinence. Il fait part du projet biodiversité dont le but est d'améliorer l'impact du projet principal en matière de gestion durable de l'environnement, et notamment en matière de gestion de la faune sauvage, de la préservation de la biodiversité en général, de gestion sylvicole et de développement socio- économique sur un nombre plus réduit d'UFA, soit environ 851 000 ha. Le projet biodiversité, associé à la cellule aménagement de l'AFD , apporte sa contribution en innovant par la méthode des études- actions à un cout relativement modique de faire avancer rapidement les principes de gestion durable des écosystèmes humides d'Afrique Centrale, et plus particulièrement à proximité des aires protégées majeures du grand sud camerounais (Campo Ma’an, Dja, Boumba Bek/Nki, Lobéké). Les entreprises forestières pressenties pour développer un partenariat avec le projet (SIBAF, HFC, Kieffer, Pallisco, Fipcam). Cette étude a été financée par le Crédit d'ajustement structurel ' CAS III ' de la banque Mondiale et la subvention proposée par le Fonds Français pour l'Environnement Mondial (FFEM) pour les partenariats. Le succès est la visée du projet principal à permettre l'aménagement de 25 à 30 UFA au Cameroun, soit 2,2 million d'hectares. L'inconvénient porte sur le non-respect par les entreprises présélectionnées, des objectifs d'aménagement durable de qualité sur le triple plan des opérations sylvicoles, du maintien de la biodiversité et du développement socio- économique local. Les recommandations concernent les visites de contrôle sur le terrain et des opérations de déguerpissement des villages de braconniers par les forces de l'ordre, la limitation de l'accès des zones de chasse aux riverains, la sensibilisation des riverains sur les espèces protégées.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×